Un peu d’histoire sur ce lieu mythique

Fondée en 1948, la « Compagnie des Faux Nez » a pour projet de reprendre le spectacle « Les Faux-nez », tiré d’un scénario de Jean-Paul Sartre que vient de créer, avec une quarantaine de participants, la théâtrale de Belles-Lettres à Montreux et à Lausanne.
Autour du musicien lausannois Charles Apothéloz, une poignée de comédiens se regroupent avec des acteurs et des musiciens afin de perfectionner ce spectacle dans les contrées vaudoises. En juin 1949, la troupe obtient même une troisième place au « Concours des jeunes compagnies » à Paris.
« Les Faux-nez » reviennent sur le devant de la scène en mars 1953 avec l’inauguration d’un petit théâtre dans cave de la rue du Bourg. Charles Apothéloz est le dernier survivant de la première équipe. C’est lui qui tient à bout de bras la compagnie.
Dès 1956, elle réalise aussi de plus grandes manifestations en s’adjoignant le concours de nombreux comédiens lausannois ou genevois.
Au cours de l’automne 1959, Charles Apothéloz est nommé directeur artistique du Théâtre Municipal de Lausanne (TML). Depuis ce poste, il organise les forces vives du théâtre régional sous la bannière du Centre Dramatique Romand (CDR). « Les Faux-nez » apparaissent encore un temps comme organisme de production au sein du CDR, et surtout comme la petite scène de l’institution. Le lieu présente des spectacles plus expérimentaux, dont plusieurs réalisations d’Armand Abplanalp.
Le CDR, devenu Centre dramatique de Vidy et dès 1972, Centre Dramatique de Lausanne (CDL), quitte le TML, situé à une centaine de mètres des Faux-Nez, et s’installe au Théâtre de Vidy, éloigné de plusieurs kilomètres : les liens entre les deux salles se distendent.
« Dès la saison 1973/74, les « Faux-nez » deviennent cabaret-théâtre et accueillent de nombreux chansonniers. Le lieu reste lié au CDL et montre parfois encore des réalisations de café-théâtre, mais présente surtout de la chanson française, à raison de vingt-cinq à trente spectacles par saison.
En 1989, le nouveau directeur de l’institution lausannoise, Matthias Langhoff, se défait de la gestion de cette salle, reprise par Le Square Danses SA, société anonyme qui gère aussi le Moulin à Danse (MAD) de Lausanne.
L’animation des « Faux-nez » est confiée d’abord au comédien et chanteur Jean-François Panet qui poursuit une programmation axée sur la chanson à texte, puis l’équipe du MAD oriente le lieu vers des spectacles d’humour populaire ou de chansons rock et blues. Enzo Stretti, actuel propriétaire, est collaborateur à la programmation.
En 1994, la famille propriétaire du bâtiment ne renouvelle pas le bail de location et « Les Faux-nez » ferment.
En Avril 2018, Enzo Stretti obtient du Square Danses SA l’autorisation pour reprendre le flambeau et continuer les activités sous la forme d’un café-théâtre et sous la direction de Lionel Métraux avec une programmation ouverte à tout type d’expression artistique, pluraliste et multiculturelle.
Le cadre
Désormais le nouveau “Les Faux-nez” est situé à l’emplacement de l’ancien café-concert “Le Pois-Chiche” à l’avenue de Morges 119, en dessous du restaurant «Osteria Bolgheri».